Upcoming Events

Jul
12
Wed
2017
9:00 am How to become a Non-Executive Di... @ Manchester One
How to become a Non-Executive Di... @ Manchester One
Jul 12 @ 9:00 am – 4:30 pm
How to become a Non-Executive Director – Manchester 12 July 2017 @ Manchester One
Find out how you can obtain a Non-Executive Director position by booking a place on this interactive 1-day course. ‘As an introduction to the world of NED’s this course is well structured to give an[...]
Jul
18
Tue
2017
9:30 am How to become a Non-Executive Di... @ Scotland Study Centre
How to become a Non-Executive Di... @ Scotland Study Centre
Jul 18 @ 9:30 am – 5:00 pm
How to become a Non-Executive Director – Edinburgh 18 July 2017 @ Scotland Study Centre
Are you thinking of becoming a Non-Executive Director as part of a Portfolio Career or to develop your boardroom skills prior to taking up an executive director role? Join us on Tuesday, July 18 2017 to find[...]
Sep
12
Tue
2017
9:00 am How to become a Non-Executive Di... @ Orchard Street Business Centre
How to become a Non-Executive Di... @ Orchard Street Business Centre
Sep 12 @ 9:00 am – 4:30 pm
How to become a Non-Executive Director – Bristol 12 September 2017 @ Orchard Street Business Centre
Are you thinking of becoming a Non-Executive Director as part of a Portfolio Career or to develop your boardroom skills prior to taking up an executive director role? Join us on Tuesday, September 12 2017 to find[...]
Oct
17
Tue
2017
9:00 am How to become a Non-Executive Di... @ Institute of Directors
How to become a Non-Executive Di... @ Institute of Directors
Oct 17 @ 9:00 am – 4:30 pm
How to become a Non-Executive Director – London 17 October 2017 @ Institute of Directors
Find out how you can obtain a Non-Executive Director position by booking a place on this interactive 1-day course. ‘A well structured and presented introduction to the responsibilities, challenges and attributes required of being a[...]
Nov
21
Tue
2017
9:00 am How to become a Non-Executive Di... @ Orchard Street Business Centre
How to become a Non-Executive Di... @ Orchard Street Business Centre
Nov 21 @ 9:00 am – 4:30 pm
How to become a Non-Executive Director – Bristol 21 November 2017 @ Orchard Street Business Centre
Are you thinking of becoming a Non-Executive Director as part of a Portfolio Career or to develop your boardroom skills prior to taking up an executive director role? Join us on Tuesday, November 21 2017 to[...]

Businesses face innovation shortfalls, failures in leadership development: study

Australian organisations are experiencing drastic shortfalls in innovation and business performance, and outright failures in leadership development, a survey reveals.

[…]

Gambling Commission: Chair of the Gambling Commission

Chair of the Gambling Commission Recruiter: Gambling Commission Location: Birmingham and London Salary:

The post Gambling Commission: Chair of the Gambling Commission appeared first on NEDworks.

[…]

Ministry of Justice: Parole Board Members

Parole Board Members Recruiter: Ministry of Justice Location: London (Greater) Salary:

The post Ministry of Justice: Parole Board Members appeared first on NEDworks.

[…]

5 Boroughs Partnership NHS Trust: Non-Executive Director

Non-Executive Director Recruiter: 5 Boroughs Partnership NHS Trust Location: North West England Salary:

The post 5 Boroughs Partnership NHS Trust: Non-Executive Director appeared first on NEDworks.

[…]

Warren Partners NED: Non-Executive Committee Chair and Management Board Member (Funding Committee)

Non-Executive Committee Chair and Management Board Member – Funding Committee £40,000 per annum Leeds, West Yorkshire (GB) The Pensions Trust – Funding Committee, Non-Executive Committee Chair and Management Board Member 20 days commitment per annum; £40,000 The Pensions Trust (the Trust) was established in 1946 and is a centralised (or ‘industry-wide’) occupational pension scheme. It is […]

The post Warren Partners NED: Non-Executive Committee Chair and Management Board Member (Funding Committee) appeared first on NEDworks.

[…]

The Wellcome Trust: Governor (Science)

Governor (Science) Recruiter: The Wellcome Trust Location: London (Greater) Salary:

The post The Wellcome Trust: Governor (Science) appeared first on NEDworks.

[…]

Hampshire Hospital NHS Foundation Trust: Non-Executive Director

Hampshire Hospital NHS Foundation Trust: Non-Executive Director

Non-Executive Director Recruiter: Hampshire Hospital NHS Foundation Trust Location: Basingstoke, Hampshire (GB) Salary:

The post Hampshire Hospital NHS Foundation Trust: Non-Executive Director appeared first on NEDworks.

[…]

People or profit: How does the Greens’ corporation plan stack up?

The Greens want to establish a new class of corporation that focuses on social good as much as profit. It’s a nice idea, but perhaps not for the reasons the Greens might think.

[…]

De Panama à Londres : agir contre la corruption légale et illégale au sommet anticorruption du Royaume-Uni

Reuters/Darrin Zammit Lupi - Protestors take part in a demonstration calling on Maltese Prime Minister Joseph Muscat to resign after two members of his government were named in the Panama Papers leak scandal, outside the office of the Prime Minister in Valletta, Malta, April 10, 2016.

La fuite des informations du cabinet juridique Mossack Fonseca dans l’affaire des ” Panama Papers a fait et fera la une des journaux pendant des semaines à fur et à mesure de la révélation de nouveaux noms des personnes impliquées. Le scandale a placé le Panama sur le devant de la scène et a donné un aperçu inédit du monde de l’argent caché et de l’évasion fiscale. Afin de mieux saisir le contexte général, il est important de faire la distinction entre la corruption légale, révélée par l’affaire des ” Panama Papers et la corruption illégale, exposée par le scandale Unaoil. Le moment est venu pour les gouvernements de prendre des mesures radicales contre l’une et l’autre.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et plusieurs autres pays annonceront leurs engagements pour lutter contre la corruption lors du sommet anticorruption le 12 mai, dont le Premier ministre David Cameron affirme qu’il changera la donne. La question est de savoir si ces engagements se traduiront par des mesures concrètes à l’égard des types de corruption les plus coûteux qui, aujourd’hui, se prolifèrent à l’échelle mondiale.

Malheureusement, le monde s’engage souvent dans des sommets, riches en communiqués, en appels à la coordination et à l’échange d’informations. Parfois, ces sommets mettent en place une initiative inefficace supplémentaire : donnant l’opportunité de créer et promouvoir des articles et photos qui servent les objectifs politiques précis de certains leaders politiques. Voyons si ce sommet sera diffèrent.

Au-delà du Panama

Le cabinet juridique Mossack Fonseca et son pays respectif, le Panama, ne sont que deux éléments dans le vaste et complexe ensemble de ” facilitateurs de la corruption et de l’évasion fiscale à l’échelle mondiale.

Pour ceux qui sont à la recherche de refuges discrets et de sociétés-écrans, la puissante nation des États-Unis (qui sans surprise n’apparaît pas beaucoup dans les Panama Papers) est une des destinations les plus attrayantes du monde : par example, dans l’état du Delaware la loi requiert moins de documents pour établir une société-écran que pour obtenir un permis de conduire. Comme on le voit dans l’illustration ci-dessous, c’est cette opacité, conjuguée à la taille du refuge qu’offrent les États-Unis, qui met le pays à la troisième place des juridictions les plus secrètes parmi une centaine évaluée par l’indice d’opacité financière (FSI). Le Panama est à la treizième place.

Illustration 1 : Indice d’opacité financière 2015 (Juridictions sélectionnées, d’après le réseau pour la justice fiscale)

 Figure 1: Financial Secrecy Index 2015 (Select jurisdictions, from the Tax Justice Network)

Source : Indice d’opacité financière du Réseau pour la justice fiscalehttp://www.financialsecrecyindex.com/introduction/fsi-2015-results

Ce graphique présente les 40 juridictions les moins performantes ainsi que quatre juridictions choisies pour leurs meilleurs résultats (à droite des pointillés). L’indice présente un score de secret qualitatif basé sur une quinzaine d’indicateurs et une mesure quantitative de l’importance d’une juridiction dans les exportations de services financiers à l’échelle mondiale.

Le Royaume-Uni est un important facilitateur de corruption : il n’a engagé aucune action contre ses juridictions et protectorats d’outre-mer qui servent de refuge aux richesses illicites, comme le démontrent clairement les ” Panama Papers. Les Iles Vierges britanniques, par exemple, est le lieu préféré de milliers de sociétés-écrans établies par Mossack Fonseca.

Au-delà des refuges fiscaux

L’affaire des ” Panama Papers ne concerne qu’indirectement les aspects essentiels de la question de la corruption mondiale, qui ne sont liés ni au Panama ni à la fiscalité. Nous devons envisager les scandales suscités sous un angle plus large et reconnaître les immenses et complexes réseaux de la corruption, qui lient de plus en plus les élites économiques et politiques mondiales.

La grande corruption

Les puissants individus qui s’engage dans la corruption à haut niveau, c’est-à-dire la corruption à large échelle ne sont pas inquiétés par l’affaire des ” Panama Papers. On trouve parmi ces individus des dirigeants kleptocrates ainsi que des oligarques qui exercent une influence majeure sur les affaires gouvernementales. Souvent, ces acteurs interagissent et s’associent, en formant des réseaux public-privé très puissants qui font passer pour un jeu d’enfant la définition traditionnelle de la corruption comme étant une transaction illégale entre deux parties.

Dans ces réseaux élitistes, la corruption excède largement le comportement immoral du fraudeur type, puisqu’elle utilise l’abus de pouvoir pour accumuler biens et pouvoir, souvent par le pillage direct des ressources publiques, la confiscation d’actifs ou la corruption à grande échelle. Le scandale à plusieurs milliards de dollars qui touche le géant pétrolier Petrobas au Brésil illustre la complexité de ces réseaux d’entente, et les moyens avec lesquels, la corruption à large échelle peut provoquer des dégâts politiques et économiques d’ampleur historique dans un pays.

Le secteur pétrolier offre de nombreux example de corruption à large échelle. Les dirigeants de la société Unaoil, dont un scandale similaire a récemment fait surface, ont sans doute été soulagés par l’affaire des ” Panama Papers Unaoil est une société monégasque ” facilitatrice de droit qui a versé des pots-de-vin et influencé des responsables gouvernementaux dans différents pays pour le compte de compagnies multinationales se disputant de juteux contrats d’approvisionnement. Bien qu’éclipsé par l’affaire du Panama, le cas d’Unaoil est aussi emblématique les enjeux inhérents à la lutte contre la corruption mondiale. Il illustre par exemple la pratique fortement enracinée des responsables gouvernementaux irakiens qui demandent des dessous de table en échange de l’attribution de contrats, ainsi que l’empressement des entreprises à verser ces pot-de-vin.

Les élites corrompues, notamment celles qui sont impliquées dans le scandale Unaoil, utilisent souvent des structures telles que les sociétés-écrans et les paradis fiscaux (et les investissements immobiliers ou autres) pour dissimuler leur biens mal-acquis. Toutefois, si l’affaire des Panama Papers incite à plus de vigilance sur les flux financiers illicites et engendre la réforme de ces structures financières opaques, la corruption à large échelle se poursuivra dans nombreux endroits. Il est à noter que les retombées politiques se sont concentrées dans des pays relativement bien gouvernés, qui ont instauré des systèmes anticorruptions et de responsabilisation, comme en témoignent les démissions du Premier ministre islandais, du ministre de l’industrie espagnol et du dirigeant de la section chilienne de Transparency International.

En revanche, le président Vladimir Poutine a balayé d’un revers de la main les fuites d’information sur la Russie, les considérant comme une conspiration occidentale contre sa personne. En Chine, le débat et la diffusion de ces informations ont été étouffés par la censure des médias ; en Azerbaïdjan, la révélation des détails concernant les intérêts miniers de la famille du président Aliyev ne menace guère sa mainmise sur le pouvoir. Il est à espérer que les réformes découlant de l’affaire du Panama dissuaderont les fraudeurs ainsi que les entreprises et les particuliers aux pratiques immorales de dissimuler leur argent bien mal acquis. Toutefois, les dirigeants corrompus continueront à bénéficier de l’impunité.

Corruption légale et captation de l’État

Les Panama Papers ont mis en lumière le type de corruption qui est sans doute le plus dévastateur et le plus dure à contrecarrer : la corruption légale et la captation de l’État. Partout dans le monde, de puissantes élites économiques et commerciales influencent indûment les lois et les politiques, en redessinant les règles du jeu pour leur propre bénéfice, un phénomène aussi connu sous le nom de ” privatisation de la politique publique et des lois. Une pratique qui génère des revenus exorbitants pour les élites, renforce leur pouvoir et exacerbe les disparités politiques et économiques d’un pays.

Les pays riches en ressources naturelles fournissent de nombreux exemples. En Angola, en République démocratique du Congo, au Nigéria et au Venezuela, par exemple, les élites politiques ont utilisé des sociétés publiques exploitant les ressources naturelles pour servir leur népotisme, souvent – mais pas uniquement – par des moyens légaux.

Dans beaucoup de pays industrialisés, le système fiscal est en lui-même un exemple de captation de l’État. Il est dans l’intérêt des élites de conserver un réseau mondial de sociétés offshore et de paradis fiscaux secrets pour pouvoir dissimuler leur patrimoine – qu’il ait été acquis légitimement ou non. Les preuves d’évasion fiscale aux États-Unis sont révélatrices : selon Zucman, depuis les années 1950, le taux réel de l’impôt sur les sociétés a été réduit de 45 à 15 pour cent, alors que le taux nominal est seulement passé de 50 à 35 pour cent. Et les sociétés américaines font un usage optimal des paradis fiscaux à l’étranger : d’après un nouveau rapport d’Oxfam, les 50 plus grandes multinationales américaines ont rapporté en 2008 que 43 pour cent de leurs revenus réalisés à l’étranger provenaient de cinq paradis fiscaux, représentant seulement 4 pour cent des effectifs étrangers de ces sociétés. En outre, Bourguignon rappelle que les taux d’imposition fédéraux des Américains les plus riches ont diminué de 15 pour cent entre 1970 et 2004.

Le risque de corruption légale aux États-Unis est important, l’argent privé pouvant très facilement influencer les affaires publiques. Suite à l’arrêt Citizen United rendu par la Cour suprême en 2010 [qui permet la participation financière des entreprises aux campagnes politiques], les fonds privés issus de poches bien garnies dirigent de plus en plus les campagnes électorales. Les moyens par lesquels l’argent privé influence les représentants publics pourraient encore se multiplier, si les formes de corruption traditionnellement considérées comme illégales devenaient légales. Selon une décision en instance de la Cour Suprême, il pourrait désormais être légal pour les responsables publics d’accepter les dons en nature des particuliers (ce qui pourrait annuler la condamnation d’un ancien gouverneur de l’État de Virginie accusé précisément de ce délit).

Quelles mesures prendre ?

En Bref, Il n’y a pas de solutions simple et directe, d’autant plus que les décideurs tirent profit de ce statu quo. Mais l’opportunité de réforme et la pression publique sont actuellement présentes. Comme nous l’avons évoqué, la question de la lutte contre la corruption entraîne souvent des mesures symboliques et l’annonce par David Cameron d’une nouvelle agence mondiale anticorruption pourrait très bien tomber dans cette catégorie. Les pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni devraient plutôt prendre des mesures concrètes pour réformer leurs propres pratiques et pousser leurs partenaires à faire de même, qu’il s’agisse des dépendances de la Couronne et des territoires britanniques d’outre-mer, de l’Union européenne et des membres du G20 ou des bénéficiaires d’une aide internationale.

Premièrement, il faudrait prendre la corruption légale et la captation de l’État au sérieux

La transparence peut changer les règles du jeu, particulièrement si elle s’attaque aux réseaux d’influence par lesquels la politique se ” privatise. La divulgation des contributions financières aux campagnes électorales, des conflits d’intérêts, des avoirs détenus par les hommes politiques et les responsables publics (et de leurs avis d’impôts), des délibérations et votes parlementaires sont autant de moyens d’éviter les abus et de révéler les réseaux cachés qui sont à l’œuvre. La publication récente de la première salve de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) est encourageante : son rapport ” Le financement de la démocratie, s’attache à quelques études de cas. La suite logique serait d’habiliter l’organisation à développer des normes et mener des évaluations sur le financement politique de tous les pays de l’OCDE.

La transparence ne sera utile que si les citoyens peuvent mener un examen attentif de leurs gouvernements et dialoguer avec eux. L’espace civique est en danger dans de nombreuses juridictions où les activistes et les journalistes sont la cible d’intimidations, de poursuites, voire pire. Garantir la liberté d’expression et de réunion devrait être l’affaire de tout acteur international concerné par la lutte contre la corruption ou la gouvernance économique. Par exemple, lors de l’examen des demandes de financement de gouvernements ayant un piètre bilan en matière de protection de la société civile – comme c’est le cas de l’Angola et de l’Azerbaïdjan – la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, ainsi que les donateurs comme les États-Unis, devraient privilégier la responsabilisation citoyenne et des réformes de transparence plus ambitieuses.

En outre, la corruption à large échelle ne s’évincera pas en l’absence de poursuites ou d’autres sanctions efficaces contre ceux qui se laissent corrompre ou contre les facilitateurs et les intermédiaires de la corruption qu’ils soient avocats, comptables ou entremetteurs comme Unaoil. Bien sûr, les autorités chargées d’appliquer la loi doivent aussi rester vigilantes vis-à-vis des sociétés qui versent les pots-de-vin et à cet égard, les gouvernements – notamment les membres de l’OCDE instaurant, à des degrés divers, la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption – feraient bien d’imiter la mise en œuvre effective de la loi américaine sur la corruption dans les transactions à l’étranger (FCPA). Mais les individus corrompus et les facilitateurs n’ont pas été suffisamment surveillés et sanctionnés.

Deuxièmement, il faudrait se débarrasser des zones d’ombre.

Les leçons tirées des événements récents, de la crise financière de 2008 à l’affaire des Panama Papers, indiquent que les principaux acteurs internationaux ne devraient pas permettre que de vastes fractions de l’économie mondiale échappent à un examen attentif. Les États-Unis et le Royaume-Uni (et ses territoires d’outre-mer) devraient répondre aux appels à mettre fin à l’opacité et aux paradis fiscaux. Quelques premières tentatives émergent, telle que la décision du gouvernement américain demandant aux banques de révéler l’identité des individus se cachant derrière les sociétés-écrans. Des mesures plus ambitieuses seront toutefois nécessaires, ceci comprend des dispositions législatives.

La transparence sur la propriété réelle doit devenir une procédure opérationnelle standard, avec des États qui suivent l’exemple du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d’autres pays qui ont établi des registres publics et soutiennent le projet d’un registre mondial. Quant aux pays riches en ressources naturelles, un bon point de départ serait d’établir des registres spécifiques au secteur. Cette pratique est maintenant imposée par l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives.

Au sein du secteur extractif, les gouvernements des pays d’accueil devraient soumettre les négociants de matières premières à des exigences de divulgation des paiements lorsqu’ils font affaire avec les gouvernements et les entreprises publiques. Les gouvernements de pays comme la Suisse, le Royaume-Uni et Singapour, qui abritent des acteurs du monde de l’entreprise, ont une lourde responsabilité, particulièrement dans le contexte actuel de faible prix des matières premières, où les négociants concluent de nouveaux contrats profitables avec des pays producteurs de ressources à court d’argent. Eclaircir telles zones d’ombre les rendra moins vulnérables aux abus.

Troisièmement, il faudrait donner la priorité à la transparence et au contrôle lors de l’allocation de ressources publiques.

Lorsqu’un gouvernement attribue des ressources pour l’exploitation, il doit le faire de façon tout à fait transparente. L’initiative Open Contracting Partnership a fait de grandes avancées dans la définition d’une norme de référence pour de telles informations, notamment en matière d’orientation sur les questions de l’ouverture des données, des identificateurs des sociétés et de la propriété réelle.

Les recherches sur la corruption dans les secteurs pétrolier et minier menées par le Natural Resource Governance Institute montrent que de multiples allocations à forte valeur nécessitent un examen attentif et une divulgation du contrat. Elles comprennent l’attribution des permis d’exploration et de production, mais aussi des droits d’exportation, d’importation ou de transport, qui ont été associés à la corruption dans des pays comme l’Indonésie, la République du Congo et l’Ukraine. La plupart des affaires liées au secteur pétrolier et portées devant les tribunaux dans le cadre de la FPCA aux États-Unis ont surgi à l’occasion de l’attribution de marchés de service, un segment de l’industrie pétrolière qui concernait également les scandales Unaoil et Petrobras. La transparence devrait être le ” paramètre par défaut de toute transaction allouant des ressources publiques. Il est nécessaire d’exercer un contrôle supplémentaire des régimes de taux de change mis en œuvre et abusifs, qui génèrent des revenus pour quelques-uns et engendrent des disparités économiques majeures, comme c’est le cas actuellement au Nigeria, au Venezuela et en Égypte.

Pour espérer un impact réel, il faudra aussi s’attaquer frontalement au principe d’impunité, puisque la transparence et la liberté d’expression sont certes nécessaires, mais insuffisantes. Et les Etats, y compris les États-Unis et le Royaume-Uni, devront adopter des réformes pour lutter contre la corruption légale et l’opacité sous toutes ses formes, que ce soit en s’attaquant à la mainmise de l’argent en politique ou aux ” zones d’ombre entourant les négociants pétroliers installés à Genève et Londres.

Un engagement ambitieux à lutter contre la corruption et l’impunité n’est pas seulement une nécessité actuelle, mais aussi une revendication de nos sociétés, comme l’ont montré les événements au Brésil et ailleurs. Ce pourrait être le moment décisif de faire de réelles avancées à l’échelle mondiale.

This piece is also available in English and Spanish.

Authors

  • Daniel Kaufmann
  • Alexandra Gillies

[…]

Warren Partners: The Pensions Trust – Investment Committee

The Pensions Trust – Investment Committee Non-Executive Committee Chair and Management Board Member – 20 days commitment per annum; £40,000 Non-Executive Committee Co-opted Member – 10 days commitment per annum; £20,000 Leeds, West Yorkshire (GB) The Pensions Trust (the Trust) was established in 1946 and is a centralised (or ‘industry-wide’) occupational pension scheme. It is […]

The post Warren Partners: The Pensions Trust – Investment Committee appeared first on NEDworks.

[…]